Logo couleur

L’armée délavée

Fin 1806, les uniformes de l’infanterie redeviennent blancs, comme au temps de la monarchie !

Pourquoi ? Parce que pour teinter le drap des uniformes en bleu, on utilise l’indigo, un pigment végétal dont les principaux fournisseurs européens sont… les Anglais. Or, Napoléon Ier a décidé d’un blocus qui interdit tout commerce avec les Britanniques.

À gauche : d'après Alfred de Marbot, Infanterie de ligne, 1806,

XIXe siècle, lithographie, Musée de l'Armée, Paris / © Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Tony Querrec. Détail de l'œuvre



À droite : Habit de fusilier du 21e régiment d'infanterie de ligne,

XIXe siècle, drap, laine et laiton, Musée de l'Armée, Paris / © Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Philippe Fuzeau

Pour faire des économies on revient donc au blanc. Mais pas pour longtemps : durant la campagne de Pologne, les uniformes blancs tachés de sang et de boue font mauvais effet. Le 26 juin 1807, l’Empereur décrète le retour au bleu.

Napoléon (2002),

mini-série réalisée par Yves Simoneau

Napoléon souhaite retourner à l'uniforme blanc par mesure d'économie mais doit renoncer.