Ménager les susceptibilités

En se professionnalisant, l’armée pose un problème épineux : la hiérarchie militaire n’est pas forcément identique à la hiérarchie sociale. Un baron peut par exemple être le supérieur militaire d’un comte, alors que dans l’ordre de la noblesse, le comte est au-dessus du baron.

Illustration Artips

L’arrivée de l’uniforme, qui impose la même apparence à tous, n’arrange vraiment pas les choses ! Surtout lorsque les marques de la hiérarchie militaire sont rendues obligatoires, comme l’épaulette (en 1759). Elle est tellement détestée qu'on la surnomme alors "la guenille de Choiseul", du nom du ministre qui l’avait imposée.

Passez votre souris pour découvrir les épaulettes !

Anonyme français, Le marquis de Poyanne,

XVIIIe siècle, huile sur toile, 69 x 58,5 cm, Musée de l'Armée / © Paris - Musée de l'Armée, Dist. RMN-Grand Palais / Emilie Cambier

Les choses s’apaisent cependant avec le temps :

Un officier qui eût mis son habit uniforme un jour de bataille eût été déshonoré, il y a quarante ans. Un officier qui ne le mettrait pas aujourd’hui serait regardé comme un fou […]
Mirabeau, 1775

Avec un uniforme identique, la hiérarchie militaire ne reflète pas le rang social, ce qui a provoqué des polémiques.